Sara Gil Prata
Hypnothérapeute humaniste et sophrologue

Qu’est-ce que le BURN-OUT ?


Littéralement, « burn-out » se traduit par « se consumer », comme une bougie qui brûle petit à petit jusqu’à s’éteindre.

Le burn-out s’exprime ainsi par un « épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d'un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel ».

Plus d'une personne sur deux est en situation de « fragilité » professionnelle ou personnelle - soit 56 % des salariés - selon une étude Malakoff Médéric portant sur la qualité de vie au travail (QVT). 

Quels sont les signes du burn-out ?

Un burn-out peut se manifester de différentes manières, parmi lesquelles :

  • Un épuisement physique (fatigue extrême, douleurs multiples, etc.), un manque d'enthousiasme au travail ;
  • Un épuisement intellectuel (troubles de la concentration, de la mémoire, difficultés dans la prise des décisions, etc.), inquiétude et anxiété...
  • Un épuisement émotionnel (crises de larmes, colère, désespoir, etc.) ;
  • Des troubles du sommeil;
  • Une irritabilité et des troubles de l'humeur ;
  • Une impossibilité de récupérer.

Le burn-out est un syndrome responsable d’un mal-être général, dont l’origine est le plus souvent attribuée à la vie professionnelle du sujet qui en est victime.

Le terme est utilisé pour la première fois en 1974 par le psychologue américain Herbert Freudenberger. Parallèlement à sa profession de psychologue, Freudenberger travaillait bénévolement dans une clinique new-yorkaise venant en aide aux personnes défavorisées.

Son rythme de travail devenant insoutenable, le psychologue commence peu à peu à souffrir d’une fatigue constante, d’une irritabilité chronique et se met à dormir des journées entières.

Constatant que d’autres volontaires de la clinique présentent les mêmes symptômes que lui, il s’intéresse à ce phénomène qu’il baptise alors « burn-out ».

Quelques années plus tard, en 1981, la psychologue américaine Christina Maslach met au point le Maslach Burn-out Inventory (MBI), un questionnaire encore utilisé aujourd’hui pour diagnostiquer le burn-out.

Entrez votre texte ici

Burn-out ou dépression ?

Le burn-out (ou épuisement professionnel) est ainsi nécessairement lié au travail. Dans la dépression, le travail n’est pas la cause première, mais peut être un facteur aggravant. De plus, en cas de burn-out, la personne atteinte est toujours en situation de stress chronique, alors que c’est le cas 1 fois sur 2 pour la dépression.

Des différences physiologiques ont aussi été constatées. Par exemple, les gens déprimés produiraient trop de cortisol et ceux qui sont en épuisement professionnel, pas assez.

Le stress, c’est aussi chimique

Le stress n’est pas mauvais en soi. Au contraire, il a depuis toujours assuré la survie de l’humanité. C’est grâce à lui que l’on peut réagir par la lutte ou la fuite devant un danger imminent, comme l’arrivée surprise d’un ours blanc ou l’incendie d’une maison.

L’augmentation du rythme cardiaque, la constriction des vaisseaux sanguins et la montée d'adrénaline, entre autres signes évocateurs, permettent alors de devenir plus alerte et plus performant. Mais quand le stress devient chronique, de graves problèmes peuvent survenir, ce qui est de plus en plus le cas aujourd'hui.

Une personne en proie à un stress chronique met constamment son corps en état d’alerte. Elle produit en effet trop d’hormones de stress (par exemple l’adrénaline et le cortisol). Ces hormones qui permettent d’échapper à un danger imminent (l’ours) sont alors constamment sollicitées devant des situations considérées comme menaçantes : l’arrivée dans une nouvelle école, la fièvre du plus jeune, une situation de harcèlement au travail, etc...

Les émotions et le cerveau

burn out

 

Le burn-out, la dépression et les problèmes d’anxiété généralisée ne sont pas uniquement des problèmes à répercussions psychologiques.

Ils ont également des effets physiologiques importants qui doivent être pris en compte lorsque vient le temps de les solutionner.

Le corps et l’esprit

Les scientifiques ont longtemps cru que c’était le cerveau (avec ses mécanismes neuronaux, synaptiques et endocriniens) qui causait ou produisait les émotions.

Les diverses branches des neurosciences nous font voir maintenant que c’est plutôt l’inverse : ce sont les émotions qui conditionnent les interconnexions du cerveau.

Comment sortir rapidement d'un burn-out ?

Pour guérir d'un burn-out, une période de repos est souvent nécessaire. Si vous êtes en début ou au bord du burn-out, il ne faut pas hésiter à solliciter l’avis de votre médecin traitant afin d’envisager des solutions vous permettant de vous aider.

L’hypnose humaniste a fait ses preuves dans l’accompagnement thérapeutique du burn-out, avec également en parallèle un suivi médical, voire psychologique, adéquat.

Installée à Rueil-Malmaison, Maitre praticien en  hypnose humaniste, je dispense les séances d’hypnose au sein de mon cabinet situé à Rueil (92), mais également dans la France entière en format visio : n’hésitez pas à me contacter pour prendre rendez-vous le cas échéant.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Qualité de votre alimentation : soutenez vos os et vos muscles

Qu'est ce qu'un traumatisme ?

L'hypertension artérielle

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.