Sara Gil Prata
Hypnothérapeute humaniste et sophrologue

La dépendance alimentaire au sucré et salé

21 Juil 2023 Sara GIL PRATA Hypnose

La dépendance fait souvent référence au tabac et à l’alcool, mais une autre existe,  plus sournoise et qui  touche jusqu’à 14 % des adultes et 12 % des enfants : la dépendance alimentaire. Le point sur ce sujet on ne peut plus d’actualité et les techniques éprouvées pour se libérer de cette compulsion complexe.

ALIMENTS TRANSFORMÉS ET DÉPENDANCE ALIMENTAIRE

Les aliments gorgés de sucre ou de graisse libèrent de la dopamine dans notre cerveau à des niveaux similaires à ceux de la nicotine et de l'alcool.

Aux États-Unis, les tendances alimentaires des cinquante dernières années indiquent que plus de la moitié de la nourriture avalée par les adultes est ultra-transformée et très souvent étudiée pour toucher les capteurs de graisse et de sucre du corps et pour libérer de la dopamine.

Ces nourritures industrielles transformées profitent de notre fonctionnement biologique pour inciter notre corps à en redemander. « Les consommateurs que nous sommes ne réalisons pas que ces produits tuent tout autant que l’alcool et le tabac ; ils entraînent des décès que l’on pourrait éviter », affirme Ashley Gearhardt, professeure associée de psychologie à l’université du Michigan et membre d’une équipe de recherche qui a évalué en mars 2022 les dernières données concernant la fréquence de la dépendance alimentaire.

L'EFFET DE LA NOURRITURE SUR NOTRE CERVEAU

La nourriture a de nombreux effets complexes sur notre cerveau, dont un qui est particulièrement important : la libération d’un neurotransmetteur que l’on appelle la dopamine. Le rôle de cette dernière est de nous encourager à répéter des comportements nécessaires à notre survie, comme le fait de se reproduire ou de manger des aliments nutritifs.

Plus la quantité de dopamine libérée est importante, plus nous sommes susceptibles de répéter ce comportement.

addict au sucre

Lorsque nous mangeons du gras et du sucré, des capteurs situés dans notre bouche envoient un signal destiné à relâcher de la dopamine dans le cerveau. Il comporte une structure appelée le striatum, qui est associée au mouvement, à la motivation et au système de récompense.

« Ce processus sensoriel oral n’est pas le seul à entrer en jeu », explique Alexandra DiFeliceantonio, professeure adjointe à l’Institut de recherche biomédicale Fralin de Virginia Tech. Un capteur secondaire est également présent dans l’intestin ; il enregistre les graisses et les sucres, et incite le cerveau à libérer de la dopamine dans la même région.

Les aliments riches en graisses et en sucre peuvent augmenter les niveaux de dopamine dans le striatum jusqu’à 200 % au-dessus des niveaux normaux : une augmentation similaire à celle que l’on observe dans le cas de la nicotine et de l’alcool.

Selon certaines études, le sucre augmenterait en effet les niveaux de dopamine de 135 à 140 %, et le gras de 160 %. Les autres drogues agissent très différemment : la cocaïne peut tripler les niveaux normaux de dopamine, et la méthamphétamine peut les multiplier par dix.

LA NOURRITURE N'EST PLUS CE QU'ELLE ÉTAIT

La nourriture que nous mangeons est conçue pour être irrésistible.  Notre corps est rempli d’aliments qui contiennent des concentrations plus élevées de graisses et de sucres, mais aussi plus de combinaisons de nutriments que jamais auparavant.

En raison des propriétés sensorielles, la nourriture n’a ainsi jamais été aussi agréable à consommer qu’à notre époque.

Par le passé, l’humanité fabriquait sa nourriture à partir d’aliments entiers. Les aliments transformés industriellement sont composés de substances extraites des aliments, comme les amidons et les graisses hydrogénées.

De plus, des additifs comme les arômes artificiels, les émulsifiants (qui permettent de mélanger l’huile et l’eau) et les stabilisateurs (qui préservent la structure ou la texture des aliments) rendent les aliments plus attrayants, mais cela se fait au détriment de notre santé.

addict sale

Selon Gearhardt et DiFeliceantonio « les aliments ultra-transformés peuvent être qualifiés de produits cliniquement addictifs. Plus un produit affecte le cerveau rapidement, plus il crée une dépendance » ; de nombreux plats fabriqués sont donc presque prédigérés lors de leur fabrication afin d’accélérer la libération de la dopamine.

NE PAS S INTERDIRE MAIS CHOISIR !

Les aliments transformés sont accessibles, abordables et font l’objet d’une publicité agressive depuis des décennies. 

Commencez par ôter toute culpabilité si vous ne parvenez pas à éviter les aliments addictifs, car ce n’est pas facile. Ils utilisent notre biologie contre nous.

Par contre, écoutez votre corps, et la sensation qu’il vous renvoie à chaque « envie ».

Analyser ce qui vous pousse à vous tourner vers ces aliments : certaines émotions, certains lieux ou même certains moments de la journée.

La première étape consiste à simplement en prendre conscience, pour pouvoir vous préparer à élaborer d’autres façons de réagir et mettre en place d’autres comportements dans ces moments difficiles.

SE FAIRE AIDER PAR L HYPNOSE HUMANISTE

Comme les autres addictions, telles que le tabac ou l'alcool notamment, il faut avant tout décider d’en finir, de prendre conscience des méfaits sur votre santé et votre moral, et en âme et conscience prendre la décision, non pas d’arrêter, mais de changer complètement la manière de s’alimenter.

Il n’est pas question de régimes ni de restrictions, qui incitent souvent à doubler la dose quand le corps se sent brimer.

Cependant, cela demande un travail sur soi pour comprendre les mécanismes inconscients, les blessures ou les traumatismes qui sont souvent à l’origine de la mise en place de comportements d’apaisement construits par votre inconscient : c’est normal, il vous veut du bien, peu importe pour lui les moyens !

Quelques règles de base à apprendre et comprendre, puis accepter de prendre le temps de cuisiner et le plaisir de déguster les préparations réalisées avec amour sont un bon début. Et pour utiliser votre inconscient, car c’est une aide précieuse et vitale, vous vous faites du bien en vous occupant de vous, de votre intériorité.

L’hypnose est un moyen de dialoguer avec votre inconscient et de lui demander de trouver les ressources et les outils nécessaires pour libérer tout ce qui n’est plus utile.


Articles similaires

Derniers articles

Qu'est ce que l'anxiété ?

Le harcèlement scolaire ou cyberscolaire, c'est quoi ?

La dépendance alimentaire au sucré et salé

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.